Allaitement : comment favoriser la lactation.

mai 29, 2018 |  écrit par  |  Non classé

Depuis plusieurs années on revient à l’allaitement maternel certainement favorisé par l’influence de l’écologie, du retour à la nature et de la qualité de vie. L’allaitement est aujourd’hui fort conseillé aux jeunes mamans pour ses bienfaits sur sa santé et celle de son bébé.

Le lait de la maman appartient à l’enfant, c’est un aliment naturel, complet et parfaitement adapté à ses besoins. Il est facile à digérer et les intolérances sont exceptionnelles. En plus il a un côté très pratique : il est toujours prêt et à la bonne température.

 

Bienfaits de l’allaitement :

 

-Il protège l’enfant contre certaines infections en lui amenant des anti-corps naturels et assure une protection naturelle au cours des premières semaines de la vie. Il réduit le risque d’infections gastro-intestinales ( gastro-entérite et diarrhée) par rapport aux bébés nourris avec des préparations commerciales. Il diminue également l’infection des voies respiratoires (rhume, grippe, bronchiolite…)

-Il favorise des liens affectifs profonds entre la mère et l’enfant.

-Il est profitable à la mère en permettant un retour à la normale de l’appareil génital car il y a une connexion étroite entre les glandes mammaires et l’utérus. Lorsque l’enfant tête, il déclenche un réflexe qui provoque des contractions utérines qui permettent à l’utérus de retrouver une taille normale.

Cependant l’allaitement maternel n’est pas toujours compatible avec une reprise rapide à la vie normale où à une activité professionnelle. Parfois, il existe aussi des contre-indications à l’allaitement maternel (maladies, seins ombiliqués) ou une maman qui ne se sent pas prête pour diverses raisons. La maman qui ne peut allaiter ne doit pas culpabiliser car les liens psychologiques qui se tissent entre la mère et son enfant dépendent vraisemblablement plus de la présence maternelle que de l’allaitement proprement dit.

 

Lactation difficile :

L’allaitement maternel n’est pas toujours facile lorsque la sécrétion lactée est très lente ou insuffisante. Inutile de se  faire du souci car il semblerait qu’il y ait un rapport entre état d’esprit et sécrétion du lait spécialement les premières semaines où la lactation est irrégulière. Nos grands-mères avaient l’habitude de dire :  »plus tu te feras du souci, moins ton lait arrivera ! ». Il est inutile de forcer une maman à allaiter si elle n’en a pas le désir car c’est courir à l’échec alors qu’une mère qui veut allaiter à toutes les chances d’y arriver.

Pour faciliter la lactation, la maman qui allaite doit éviter la fatigue, dormir le plus possible, ne pas pratiquer de sports violents mais marcher chaque jour et avoir une vie calme. Il est recommandé d’avoir une alimentation saine et équilibrée car le lait maternel dépend de ce que mange la maman. Inutile de se mettre au régime car l’organisme puise dans les réserves accumulées pendant la grossesse et contribue ainsi à la perte des kilos en trop. Il est important de privilégier des aliments riches en calcium, protéines, graisses insaturées, fruits et légumes en évitant ceux qui peuvent donner un mauvais goût au lait (chou, asperge, ail, oignon par exemple). Ne pas prendre de médicaments sans prescription médicale (somnifères, tranquillisants, analgésiques, médicaments hormonaux, laxatifs…) qui en passant dans le lait peuvent être toxiques pour l’enfant. Café, tabac, alcool sont déconseillés.

En cas de doute et pour mieux vous informer, demandez conseil auprès d’un professionnel de la santé.

 

Fenugrec et lactation :

 

Certaines plantes possèdent des vertus galactogènes en particulier le fenugrec.

Une revue de littérature scientifique de 2008 a étudié toutes les publications portant sur l’insuffisance de lait entre 1996 et 2007, et s’intéressant à des allaitements de nourrissons en bonne santé et nés à terme dans une dizaine de pays dont le Canada. Un large pourcentage de mères allaitantes (de 35 % à 44 % d’après la plupart des études) rapporte la perception d’insuffisance de lait comme étant la principale difficulté rencontrée et la première cause de sevrage prématuré.

Bien que l’effet sur la lactation du fenugrec ne soit pas clairement expliqué, la lactation étant stimulée par l’ocytocine, la plante pourrait simplement stimuler la production de lait en fournissant une riche source d’acides gras essentiels. Cette hypothèse expliquerait toutefois une amélioration qualitative plus que quantitative. Une autre explication est que le fenugrec augmenterait directement la quantité de tissu mammaire, et stimulerait ainsi la lactation. Un composant de la plante, la diosgénine, est en effet considéré comme un stimulant de la croissance du tissu mammaire.
Par ailleurs, un des acides aminés du fenugrec, la 4-hydroxy-isoleucine, pourrait contribuer à réguler le taux de glucose sanguin. Au cours de plusieurs études animales, cette substance a stimulé la production d’insuline et a amélioré la sensibilité de l’organisme à cette hormone. En stimulant la sécrétion endocrine du pancréas, cette propriété insulinotrope a permis au fenugrec de bénéficier d’un regain d’intérêt dans le traitement du diabète, du fait du renforcement de l’effet hypoglycémiant des galactomannanes.
Source : le fenugrec

 

 

Les laboratoires BIO Vega vous proposent  :

 

Fenugrec (Trigonella foenum-graecum)
Chaque capsule fournit une dose équivalente de 3 000 mg de Trigonella foenum-graecum.
INGRÉDIENTS NON MÉDICINAUX :
Cellulose, stéarate de magnésium, enveloppe de la capsule (50% d’origine végétale, 50% d’origine marine).
Les ingrédients non-médicinaux sont ajoutés pour améliorer la biodisponibilité (l’absorption par le système digestif) des principes actifs.

Ces capsules sont disponibles sur :

http://www.infinie-santé.com

 

Les capsules REGU-LACTA de BIO-Vega sont principalement composées de fenugrec, une des plus anciennes plantes médicinales ayant des antécédents documentés. Bien que largement utilisée comme épice dans la cuisine d’Inde, d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, cette plante aromatique offre également une gamme prodigieuse d’avantages thérapeutiques : elle est utilisée en phytothérapie comme galactagogue pour aider à la production de lait et comme thérapie de soutien pour aider au contrôle du taux de glucose.

Pour en savoir plus, regardez cette vidéo :


Commentez mon article sur les réseaux sociaux

Loading Facebook Comments ...

Ecrire un commentaire