Les vertus de l’avocat et ses bienfaits sur la santé et la beauté :

février 26, 2013 |  écrit par  |  Dossiers

  »La bonne santé dépend d’une alimentation équilibrée »

Dr DONADIEU

Je suis venue vous parler d’un fruit, moelleux et délicieux, peu connu au barreau mais tellement vertueux !

AvocatIl y a 8000 ans, l’avocat vénéré des Mayas et des Aztèques reliait le ciel et la terre avec le monde sous terrain et régalait  les habitants du Mexique. Les noyaux fossilisés retrouvés dans les sites archéologiques de Tehuacan et de Oaxaca ainsi que des reproductions picturales de ce fruit dans certaines tombes précolombiennes attestent de sa consommation et de sa culture dès cette époque. IL reste aujourd’hui fort réputé pour ses vertueuses propriétés sur la santé et la beauté.

 

Présentation :

vertus de l'avocat

 

Bien que souvent consommé comme un légume, l’avocat est le fruit de l’avocatier (Persea gratissima ou americana) . Cet « arbre de vie »  de la famille des lauracées  peut atteindre 15 mètres de hauteur et porte des  feuilles ovales, cireuses et persistantes.  Ses fleurs, jaune ou vert pâle, fleurissent selon les variétés et le climat : l’inflorescence est en grappe, de quelques fleurs parfaites à plus d’un million par arbre dont très peu parviennent à la nouaison.

L’avocat en forme de poire, ovale ou très allongé est une baie large de 5 à 20 cm et longue de 10 à 25 cm dont le poids varie selon l’espèce. Sa peau fine, rugueuse, brillante ou terne  peut être verte, violette, noire ou encore dans les tons de bruns. Il en existe de nombreuses variétés (120 environ) mais 3 variétés connues depuis le XVIIè siècle ont permis de créer de multiples hybrides :

 - La variété mexicaine -

– La variété guatémaltèque -

- La variété antillaise -

Les 2 variétés les plus courantes et les plus appréciées sont : haas à peau granuleuse brun foncé et fuente à peau fine et verte en forme de poire.

 

Histoire et culture de l’avocat : une longue pérégrination !

 Le premier témoignage écrit sur l’avocat revient à un éminent géographe espagnol, Martin Fernandez de Enciso, dans sa Suma de Geografía que Trata de Todas las Partidas y Provincias del Mundo publié en1518-1519.

En 1526, Hernandez Oviedo le repéra en Colombie et le chroniqueur Joseph de Acosta dans son Histoire naturelle et morale des Indes occidentales le décrira comme ayant «une consistance semblable à du beurre » et un  »goût délicieux et crémeux ».

Comme il se trouvait en altitude entre 1700 et 2000 mètres, Christophe Colomb ne le découvrit pas et ce sont les conquistadors qui l’introduisirent dans les Caraïbes et le propagèrent en masse sur toute l’Amérique centrale et latine.

Présent au Nord du Mexique et du Pérou, au XVè siècle, les espagnols l’implantèrent au Vénézuela, aux Antilles, au Chili, à Madère puis aux Canaries au XVIIè siecle.

IL apparaitra pour la première fois en Europe à la cour d’Espagne au début du XVIIè.

Les français l’implanteront à la Réunion, à Madagascar et à la Martinique au XVIIIè siècle et sa diffusion en Afrique sera ensuite assurée par les allemands, les français et le Anglais.

Il arrive en Floride en 1833 et en Californie en 1871. On signale son introduction en Malaisie et au Philippines vers 1900 et au Brésil vers 1925.

Puis, chemin faisant, il gagne le vieux continent et s’acclimate dans tous les pays équatoriaux, tropicaux et méditerranéens. On le rencontre au Maroc a partir de 1931 et l’Afrique de l’Ouest va l’accueille dans les années 50 en même temps que sa culture se développe en Israël, en Afrique du Sud et en Australie. Il apparait en Corse en 1956  et la péninsule espagnole développera sa culture dans les années 70.

En France il fait une timide apparition sur les étals dans les années 1950 grâce à un certain Paul Corcellet qui dirigeait une épicerie fine rue des petits champs à Paris : fin cuisinier et visionnaire, il introduit l’exotisme dans la gastronomie en étant le seul à proposer l’avocat dans la capitale et en vendant environ 500 avocats par semaine en provenance de la côte d’Ivoire et de la Corse à partir de 1956.  Mais dans les années 60 il ne fera pas l’unanimité car jugé trop cher, dur, vert ou trop mûr avec parfois de vilaines tâches noires.

 

Un fruit vertueux très surnommé !

Les premiers à découvrir l’avocat furent assez étonnés par ce fruit, appelé arbre aux testicules ‘par les indiens, qui poussait en grand nombre et qu’ils nommèrent persée.  A ce nom, les espagnols préférèrent ahuacalt, issu d’une langue indienne d’origine Aztèque, le nahualt.  Ahuacalt devint ensuite aguacate puis avocat. Quant aux anglais, sans doute à cause de sa robe violacées à écailles, il prirent l’habitude de le désigner sous le vocable d ‘alligator-pear.

 

Des propriétés nutritives précieuses :

La chair douce et fondante de l’avocat, jaune ou vert pâle, au léger goût de noisette rappelle parfois le parfum des feuilles de laurier, la saveur des pignons ou celle des amandes douces. Ce beurre de la forêt, fruit oléagineux qui ne se lasse pas de nous surprendre se caractérise par une extrême variation dans sa composition. Selon la variété et la saison, sa teneur en eau peut varier de 59 à 85 % et sa teneur en lipides de 7 à 39%. Son apport énergétique reste donc variable mais son apport calorique reste plus élevé que pour les autres fruits frais : pour 100 g net, soit environ la moitié d’un avocat de taille moyenne (300g)], on trouve

- 140 calories pour un avocat modérément riche en lipides.

- 220 calories pour un avocat moyennement chargé en lipides.

- 360 calories pour un avocat très riche !

Les lipides de l’avocat se distinguent par leur composition puisqu’ils sont constitués pour près de 80 % par des acides gras insaturés. L’acide oléique, mono-insaturé, domine largement et dépasse 59% du total des acides gras et favorise la formation du bon cholestérol (HDL) dans le sang.

Les acides gras polyinsaturés, notamment les acides linoléique et linolénique, représentent 13% du total et les acides gras saturés, essentiellement l’acide palmitique, environ 21%.

Les protides représentent un taux moyen de 1,8 g pour 100g avec un indice protéique de 75 qui est supérieur au soja et comparable à celui du poisson.

Il contient de nombreux minéraux (1400 mg pour 100 g soit 3 fois plus que dans la plupart des autres fruits) : potassium (552 mg pour 100 g) mais aussi du phosphore, du fer, du cuivre, du zinc, et du manganèse.

Il est aussi riche en vitamines : provitamine A, vitamine B3, B6, B9, vitamine C avec un taux moyen de 11 mg, supérieur à la plupart des fruits frais et de la vitamine E (1,85 mg).

 

 Ses bienfaits pour la santé :

- L’avocat est riche en protéines complètes nécessaires au renouvellement des cellules de l’organisme, il convient particulièrement aux nourrissons et aux personnes âgées

- Il peut soulager certaines affections de l’estomac et de l’intestin

- Il est utile pour lutter contre les maladies cardiovasculaires grâce à ses graisses insaturées. L’acide oléique élève le bon cholestérol et l’acide linoléique fait baisser le mauvais.

- Il est antioxydant grâce à la vitamine E qu’il contient.

- On lui prête des vertus calmantes en cas de rhumatismes et de goutte.

- L’extrait de noyau a longtemps été utilisé pour combattre la colibacillose.

- Il permet lutter contre la carence en vitamine A.

Attention : il est conseillé de limiter sa consommation en cas de diabète insulinodépendant (diabète de type 1) car l’avocat contient du nanno-heptulose qui inhibe la sécrétion de l’insuline. Par ailleurs il modifie l’action des anticoagulants. Source : Le guide familial des aliments soigneurs ( Dr Jean-Paul CURTAY – Dr Rose RAZAFIMBELO)

 

 Conseils et dégustation :

On peut le déguster presque toute l’année, de janvier à novembre en ayant soin de le choisir lourd avec une peau sans tâche ni meurtrissure. A point, il peut se conserver 1 ou 2 jours au réfrigérateur.

Astuces pour accélérer son murissement : placez-le ente 2 pommes dans une poche plastique dans un endroit tiède et chaud (l’éthylène dégagé par la pomme accélère la maturation) ou placez-le dans votre coupe de fruits avec des bananes.

 Au Pérou, l’écorce de l’avocat est dure et s’enlève facilement ; au Mexique, souvent petit, son écorce est fine et se pèle comme une pomme.

Il est délicieux cru, en hors-d’œuvre :épluché, coupé en morceaux ou en tranches, ou réduit en purée. Vous pouvez aussi le déguster en mousse ou en salade composée et le manger sucré dans une salade de fruits (excellent avec des fruits rouges). Tranché et cuit quelques minutes il peut accompagner volaille ou poison.

L’huile gourmande d’avocat, de première pression à froid peut-être utilisée dans l’ alimentation. Elle rehausse agréablement vinaigrettes et sauces. Revenue à la poêle, au wok ou au four, elle sou­li­gne délicatement la saveur des ali­ments.

 

Les vertus de l’avocat en cosmétologie :

 

cosmétique et avocat

 

La pulpe d’avocat et son huile sont très précieuses en cosmétologie :

Pour prévenir les rides et tonifier les peaux matures (la présence de vitamine E ralentirait certains phénomènes liés au vieillissement de la peau), hydrater les peaux sèches et soigner les peaux fragiles.

Pour lutter contre les pellicules et la chute des cheveux

Pour enrichir les soins bronzants et et après-soleil.

Pour soigner les mains gercées ou crevassées.

Pour prévenir et atténuer les vergetures.

Pour nourrir les cheveux secs ou ternes.

 

3 masques naturels à la pulpe d’avocat

pour la beauté de votre peau :

1) Peau sèche : Écrasez à la fourchette la pulpe d’un avocat puis appliquez aussitôt sur la peau. Laissez agir 30 minutes. Enlevez avec de l’eau minérale et lotionnez le visage avec de l’eau florale de rose.

2) Peaux mixtes: Ajoutez un jaune d’œuf légèrement battu à la chair écrasé d’un demi-avocat et appliquez comme indiqué ci-dessus.

3) Peaux sénescentes : Procédez comme pour le masque précédent en ajoutant à la préparation 1 cuillerée à soupe de miel biologique.

 

J’ai testé pour vous 

la crème régénératrice bio, essential care, à l’huile d’avocat :

 

Cette crème régénérante bio qui peut être utilisée de jour comme de nuit convient particulièrement aux peaux matures.  Ce cosmétique  britannique, certifié par la Soil Association contient 95% d’ingrédients bio :
de l’huile d’avocat et de l’huile d’olive  pressées à froid, du beurre de karité bio, de l’ortie issue de culture biodynamique, des huiles essentielles relaxantes et régénératrices (encens, bergamote et lavande) qui aident la peau à lutter contre le vieillissement et favorisent son renouvellement cellulaire.

J’ai beaucoup apprécié ce soin à la texture douce et soyeuse, vite absorbé, qui laisse la peau souple et  bien hydratée . Je vous laisse le découvrir sur www.essentialcare.fr

 


5 commentaires


  1. Je ne connaissais pas toutes les vertus de l’avocat. C’est impressionnant.

    Chantal, vous avez déjà essayé de faire pousser des avocats au sein d’un appartement ? J’aimerai tester mais je crains le bide complet !!

  2. Merci infiniment pour ces riches informations ; j’aime ce fruit et je le consomme de plus en plus pour ses multiples vertus . et je suis interesse par sa recolte , puis – je recevoir le site sur lequel je trouverais de plus amples explications sur ce sujet ou des contacts avec des ingenieurs agricoles , vu que je suis fille d’agriculteur en Tunisie et on ne recolte pas ce fruit chez nous .merci

    • Bonjour Lamia !
      Merci pour votre passage sur ce blog et pour votre intérêt concernant ce article. Je suis désolée de ne pouvoir vous renseigner au sujet de la culture de l’avocat mais voici cependant quelques adresses qui pourraient peut-être vous être utiles :

      - Institut National de Recherche Agronomique (INRA) http://www.inra.fr
      - Agence pour la Recherche et l’information en fruits et légumes (APRIFEL) http://www.aprifel.com
      - Centre Technique Interprofessionnels des fruits et légumes (CTIFL) http://www.ctifl.fr
      - Association Interprofessionnels des fruits et légumes frais (INTERFEL) http://www.interfel.com
      - Agence pour la Recherche et l’information en fruits et légumes frais (AFRIPEL) http://www.afripel.com

      Je vous souhaite de bonnes recherches et à bientôt sur ce blog
      Chantal (rédactrice de http://www.bien-etre-au-naturel.fr

  3. Natacha,la culture de l’avocatier en pleine terre n’est possible que dans les régions tropicales ou méditerranéennes, on peut faire pousser des avocats à l’intérieur de notre maison mais pour en récolter les fruits c’est une autre histoire. Je comprends que les avocats mangés directement au Chili soient de bien meilleure qualité !

  4. Claudette surpris

    La France n’est pas un pays tropical.

Trackbacks

  1. Peau et hydratation : 8 conseils indispensables ! - Bien-être au naturel
  2. Beaute des seins : 6 conseils et 6 recettes naturelles . - Bien-être au naturel

Ecrire un commentaire