Bien-être de la flore intestinale avec les probiotiques : agir sur l’intestin avec BACIBIOTIC

février 27, 2019 |  écrit par  |  Non classé

 

Microbes et bactéries sont synonymes de vie, ils peuplent notre intestin que l’on nomme le  »deuxième cerveau ». Notre intestin est peuplé de 100 000 milliards de bactéries qui sont au centre de notre fonctionnement. Même si les microbes sont souvent responsables de certaines pathologies, on sait aujourd’hui qu’il sont indispensables à la vie.

 

 

Notre colon est une grande poche dans laquelle s’accumule les aliments non digérés et ce sont 40 000 milliards de bactéries qui digèrent presque la totalité des aliments. Pour veiller à notre immunité, à notre bonne santé physique et mentale nous devons prendre soin de notre microbiote, c’est-à-dire bien nourrir ces bactéries avec des probiotiques dont elles raffolent. C’est dans la colon, où se termine la digestion que se trouve la plus grande diversité et la plus  grande quantité de bonnes bactéries. Ce sont les enzymes produits par les bactéries  »invitées » qui se chargent de métaboliser les résidus du bol alimentaire peu ou pas absorbés dans l’intestin grêle. Dans ce colon, bonnes et mauvaises bactéries s’affrontent : d’un coté les bonnes qui veillent sur notre santé, de l’autre, les agressives qui peuvent prendre la place des bonnes et qui sont responsables des infections chroniques, de l’inflammation et d’une baisse du système immunitaire. C’est ce qui se passe quand l’alimentation est trop grasse, trop sucrée, trop carnée et pauvre en légumes, fruits et céréales. Une alimentation immédiatement absorbable par le petit intestin (intestin grêle) ne  profitent donc pas à nos amies du colon qui ne se nourrissent que de ce qui n’a pas été digéré. Les aliments précurseurs de molécules bénéfiques à notre microbiote ont bien souvent disparu de nos assiettes. Un microbiote qui se raréfie et perd en diversité s’appauvrit et déséquilibré au profit des mauvaises bactéries, il nuit à nos bactéries « amies ».

Nourrir son microbiote n’est pas seulement utile à nos bonnes bactéries mais est indispensable à notre organisme pour préserver une bonne immunité qui nous protège de nombreuses maladies. Une découverte assez importante révèle que les bonnes bactéries intestinales construisent 70% de notre immunité ! Un microbiote équilibré, diversifié va également permettre la perméabilité de la paroi intestinale et l’éviction des mauvaises bactéries. Il nous protège aussi contre le risque d’insulinodépendance (diabète de type 2) et contre le surpoids. Et c’est aussi la condition d’une relation harmonieuse entre corps et cerveau. C’est pourquoi à chaque repas veillons à nourrir nos bonnes bactéries avec ces indispensables prébiotiques.

 

 

Comment bien s’alimenter

pour préserver son microbiote :

 

Si vous n’avez pas l’habitude de manger beaucoup de végétaux, de légumineuses ou de céréales complètes vous allez devoir passer par une phase d’adaptation à ce nouveau régime alimentaire pour accoutumer doucement votre microbiote à ces probiotiques. Ces derniers sont fermentés par nos bactéries intestinales par une action bénéfique qui peut entraîner temporairement des gaz et des ballonnements. C’est pourquoi, il faudra vous habituer progressivement à ce nouveau mode alimentaire en introduisant un aliment prébiotique par repas en commençant par petite quantité. Certaines personnes s’habitueront plus vite que d’autres, à chacun de respecter son rythme.

Ou trouver les probiotiques : ce sont les amidons résistants, les fructanes, le bêta-glucane, les fibres et les polyphénols que l’on retrouve en plus ou moins grande quantité dans les légumineuses, les tubercules, les fruits frais et séchés, les fruits à coque, les herbes et les épices. Tout cela sert à nos bactéries qui vont pouvoir digérer leur repas en nous apportant bien-être en retour. Leur consommation permet d’améliorer la résistance à l’insuline, ils sont aussi des coupe-faim naturels qui entraînent rapidement la satiété.

-Les amidons résistants sont dits résistants parce qu’ils ne sont pas digérés dans l’intestin grêle et arrivent intacts dans le côlon en constituant une nourriture exceptionnelle pour nos bonnes bactéries : céréales complètes, légumineuses, pomme de terre, banane, châtaignes.

-Les fructanes (oligosaccharides et inuline) que l’on retrouve dans les asperges, les artichauts, les poireaux, l’ail, les oignons, les topinambours, la chicorée, la banane, le kaki, le melon, le seigle, le blé et l’orge.

-Le bêta-glutène qui se trouve essentiellement dans les parois cellulaires des céréales comme l’avoine, le sorgho et le seigle.

-Les fibres alimentaires qui représentent les parties comestibles d’une plante. Elles ne peuvent pas être digérées ou absorbées dans l’intestin grêle et parviennent intactes dans le colon. Solubles elles se dissolvent dans l’eau : pectine de la pomme, gomme des haricots et des céréales, le bêta-glucane de l’avoine. Elles sont parfois insolubles comme la cellulose de certains légumes (carotte, haricots..), du blé complet etc.

-Les polyphénols qui comptent 3 familles : flavonoïdes, anthocyanes et tanins qui entrent dans la composition des fruits et des légumes en particulier mais aussi dans les produits transformés comme le chocolat, le thé, le café et le vin rouge. Céréales complètes, épices et aromates en contiennent aussi alors n’hésitez pas à les inviter à votre table.

Pas assez de prébiotiques dans nos assiettes, c’est mauvais pour la santé mais c’est aussi le cas s’il y en a trop, il faut donc trouver le juste équilibre. Des études ont mis en évidence les effets bénéfiques à partir d’une certaine quantité :

  • Amidons résisitants plus fructanes : respectivement 7 à 12 g par jour et 7 à 11 g par jour.
  • Bêta-glutane : 3 à 4 g par jour.
  • Fibres : 25 g par jour voir un peu plus.
  • Polyphénols : 1,3 à 2,5 g par jour en jouant au maximum la diversité.

Source : Magazine 95° numéro 11 (HIVER 2017) : comment nourrir son micribiote par Marion Kaplan

 

Comment améliorer son microbiote :

 

 

Limiter les antibiotiques durant la grossesse et jusqu’à l’âge de 3 ans.

Réduire le stress des premières année de la vie.

Revoir ses habitudes alimentaires et privilégier fruits, légumes.

Respecter son horloge biologique.

Eviter les toxiques susceptibles de modifier la flore intestinale (pesticides, métaux lourds, perturbateurs endocriniens…)

Surveiller ses dents vecteurs de souches pathogènes migrant dans l’intestin.

 

Bien-être de la flore intestinale

avec BACIBIOTIC :

 

 

Agir sue l’intestin et sa flore c’est important pour renforcer l’immunité et permettre à l’organisme de mieux se défendre contre les rhumes, grippe gastro-entérites. Pour vous y aider les laboratoire D.Plantes a fait évoluer son produit BACIA4 NUT qui devient BACIBIOTIC en 2019. Un premier produit d’une gamme qui va s’enrichir en cours d’année.

Les plantes regorgent de vertus c’est pourquoi une équipe de passionnés de phytothérapie, sensibles à la micro-nutrition, ont créé il y a 15 ans, dans la Drôme, le Laboratoire D.Plantes pour fabriquer leurs propres idées. Leur exigence en termes de qualité, responsabilité et éthique reste leur priorité pour vous proposer des produits de qualité. Ce laboratoire spécialisé en micronutrition, dans le bien-être durable et expert en vitamine D propose plus de 300 références (compléments alimentaires, vitamine D, huiles essentielles et végétales, soins dermo-cosmétiques…)

 

Pour bien protéger sa flore intestinale, BACIBIOTIC est un complément alimentaire à base de 4 souches bactériennes micro-encapsulées, de souches de kéfir, de fibres d’acacia et d’édulcorants.

La micro-encapsulation garantit le maintien en vie des bactéries jusqu’à leur libération ciblée dans l’intestin et permet aux souches bactériennes de résister à l’acidité de l’estomac. BACIBIOTIC ce sont 4 milliards de bactéries micro-encapsulées libérées de façon optimale. Elles viennent en complément d’une alimentation saine pour préserver la flore intestinale. Une cure de BACIBIOTIC 1 dose par jour pendant un mois et renouvelable 3 fois par an au maximum), renforce l’immunité grâce à son action ciblée sur la flore intestinale et aide l’organisme à s’acclimater en douceur en évitant les virus et autres petits maladies…

 

La boîte de 30 sticks de 3 g pour adultes et enfants de plus de 6 ans  au prix de 24,25 euros est disponible sur

www.dplantes.com .

 

Portez-vous bien !

 

 

 


Commentez mon article sur les réseaux sociaux

Loading Facebook Comments ...

Ecrire un commentaire